blog shbarcelona català   blog shbarcelona castellano   blog shbarcelona english   blog shbarcelona russian   blog shbarcelona russian   blog shbarcelona   blog shbarcelona   blog shbarcelona
Insolite

Histoires effrayantes dans le quartier de Born

mur Ciutat Vella
Écrit par Anthony

Quartier cosmopolite et culturel de Barcelone, Born est le lieu de prédilection de plusieurs gens bohèmes et jeunes bourgeois qui veulent vivre une vie atypique dans la capitale catalane.

Mais c’est aussi l’un des quartiers les plus anciens de la ville et, par conséquent, il possède une histoire riche et des anecdotes aussi curieuses que sinistres.

Aujourd’hui, dans cet article de ShBarcelona, nous vous parlons de quelques histoires à faire peur qui se sont produites dans le quartier de Born et autour de Ciutat Vella à travers l’histoire. Pour cela, nous vous conseillons de lire l’article avec la lumière allumée.

Article en lien : Visite insolite dans le quartier d’Horta

La peur et l’horreur dans Born et Ciutat Vella

Ancien couvent de Santa Caterina, Satan et messes noires

balcon Ciutat Vella

Photo via Pixabay

Situé à l’intérieur de l’actuel marché de Santa Caterina, le couvent dominicain de Santa Caterina fut érigé au XIIIe siècle et démoli par la suite.

On y a enterré le saint local Ramon de Penyafort, dans un tumulus entouré de terre, connue pour réaliser des miracles. Ainsi, les paroissiens avaient l’habitude d’en manger, dilué dans de l’eau.

On disait même que Satan, lorsqu’il visitait Barcelone, venait toujours ici. Chose curieuse si l’on sait que les dominicains étaient précisément ceux qui étaient chargés du tribunal sacré de l’Inquisition.

Peut-être est-ce dû au fait que le couvent de Santa Caterina était considéré comme un lieu de culte pour les sorcières et sorciers qui venaient sur le terrain sur les douze coups de minuit pour célébrer des messes noires et invoquer le diable.

Le vampire de Ciutat Vella

Enriqueta Martí sema la terreur à Barcelone en 1912. Elle kidnappa, prostitua et assassina des enfants afin d’extraire leur sang, graisse et moelle pour préparer et vendre ses potions “magiques” à des clients.

Derrière le nom d’Enriqueta Martí se cache l’une des personnalités criminelles les plus féroces de l’histoire noire de l’Espagne.

Kidnappeuse, prostituée, proxénète, falsificatrice, corruptrice de mineurs, pédophile, sorcière et meurtrière sont quelques-unes des titres qu’on donna à cette femme que les Barcelonais ont baptisée “la Vampira del Carrer Ponent“.

Elle était aussi connue pour mener une double vie: mendiante le jour et bourgeoise le soir. Le matin, elle se rendait dans les paroisses, les couvents et les abris pour demander de l’aide; l’après-midi, elle se promenait dans la ville avec des robes, des chapeaux et des perruques coûteuses.

Article en lien : Visite guidée du cimetière du Poblenou

Potions dans la Carrer del Carme

Ciutat Vella

Photo via Pixabay

Au coin des rues Picalquers et del Carme se trouvait, au début du XXe siècle, l’un des magasins de charme et sortilège les plus connus de Barcelone. On comptait parmi ses clients, des sorcières, des médecins et des pharmaciens.

Le magasin se spécialisait dans les excréments d’animaux, qui étaient largement utilisés dans la préparation de remèdes et de potions. La crotte de chat était très appréciée.

Ils vendaient aussi des os de condamnés (les phalangettes suspendues étaient vendues à un très bon prix en amulettes), et de la graisse de mains amputées qui servait à élaborer des onguents magiques pour guérir de la tuberculose et d’autres maladies, ou fabriquer des bougies magiques qui avaient une étrange lueur quand une personne s’approchait.

D’ailleurs, les voleurs avaient l’habitude d’en acheter pour entrer en effraction chez les gens et s’assurer que personne ne les verrait.

Connaissez-vous d’autres histoires effrayantes à Ciutat Vella ?

À propos de l'auteur

Anthony

Français d’origine, québécois d’adoption et espagnol de coeur, j’aime découvrir de nouveaux endroits et partager mes coups de coeur artistiques, culturels et gastronomiques

Laisser un commentaire